555

ACTUS  

ou AC

Des Pavés dans la Mare  

1  

3

4

5  

6  RETOUR-PAGE ACCEUIL

 

    Un casse-tête informatique m'oblige à ouvrir temporairement(?) une nouvelle page,  j'ai essayé de sauver le maximum des sujets abordés sur la seconde page. Vous pourrez y accéder en cliquant ICI.

 Bonne route donc à cette troisième page !

 

Spécial Postiers Le règne du mulot Monsieur le Comte De l'Horloge Croque-Fruits
La Simca de Charles Un grillon à New York On s'affole pas mais... ...59 médicaments sous surveillance  Aujourd'hui, 400 jours
A l'aube du 139éme ...

A Gainsbar's

On est venu te dire...

Pacte de compétitivité
Hadopi: rupture de stock.. le Roi des Fous Pasion, le toro  miraculé de Pâques "Super Rebelle"candidat à l'élection présidentielle
500 pour un Vendredi 13 Noël à l’UMP    La Cagole au Panthéon des mots J'espère qu'au moins là haut : Sa statue

L'Armée Rouge a changé de couleur

Quand on ne jette pas la nourriture, on jette le salarié !

Pour ne jamais dire: je savais pas ! Être né sous le signe de l'Hexagone
London Calling  Kadhafini

Taxez-nous

ou la peur des riches.

De quoi je me mêle !
La lettre d'une dame de 86 ans à sa banque Un tramway pour évacuer des Roms  La "journée planétaire" des Indignés le Mémorial Luther King
Lettre de Mouloud Môquet Une pièce à l'effigie de l'OM.  Le Haka de la Rade  Perdre leur AAA pour mon F
 Pour quelle € de plus Tremblez pas au Medef, ça se  n'est pas  en France ! Une équipe "made in Marseille"

Les Anonymous et la fermeture  de Megaupload

  

A trop miser sur le tout-répressif, ça leur pendait au nez. La fermeture sans sommation de Megaupload l’a déclenchée, la colère des Anonymes du monde entier s’abat aujourd’hui sur les organes de contrôle du Web, en ce qui est peut être la plus vaste attaque informatique de l’histoire du Web.

Ils ne se trompent pas de colère. Les Anonymes n’érigent pas en symbole le fondateur de Megaupload, (...). Anonymous s’insurge contre des méthodes contestables : fermer des entreprises et services rassemblant des millions de clients sans aucun jugement. En ce sens, les Etats-Unis avaient procédé de la même manière pour Wikileaks. Imagine-t-on le gouvernement français bloquer, sans autre forme de procès, tous les chantiers de Bouygues sous prétexte que l’entreprise est soupçonnée de corruption et favoritisme dans l’appel d’offre du futur siège du ministère de la Défense ?

Les Anonymes protestent aussi et surtout contre des pratiques technologiques, le filtrage du Web, mettant profondément en cause leur valeur première : la liberté d’expression. Par ce biais, les Etats accordent le pouvoir de censurer Internet à l’industrie du divertissement (les lois SOPA et PIPA aux Etats-Unis et l’éventuelle Hadopi 3 française). Après les lois répressives qui fleurissent dans nos démocraties et qui promeuvent l’usage de  diverses formes technologies de censure du Web, l’arrêt brutal de Megaupload a été la goutte d’eau de trop pour anonymous.

 Suites de l'Événement: *Le fameux groupe de hackers Anonymous l'annonce via un message audio: si MegaUpload n'est pas remis sur pied dans les plus brefs délais, c'est à d'autres sites qu'ils vont s'attaquer. Et ils citent notamment différents serveurs tels que ceux des Nations Unies, de Twitter, Facebook, Youtube, PlayStation Network et Xbox Live.

*Nicolas Sarkozy,écoutan la voix de son Maitre (am&ricain) est  ravi de la fermeture de Megaupload‎ ....


Et si une équipe "made in Marseille" enflammait le "Futur" Vélodrome ?

 

 Une équipe 100 % marseillaise, avec des joueurs en activité, obligatoirement nés dans la ville, pourrait-elle être alignée ? La réponse est oui. Cela pourrait même fournir un "11" crédible, qui aurait de l'allure dans un Vél' plein à craquer. Elle aurait incontestablement de l'allure (voir infographie) avec à sa tête un entraîneur obligatoirement du cru.

 


Mort d’Agnès : combien de cas similaires chaque année ?

Ce que chacun appelle désormais la "mort d'Agnès" est, de par la nature des faits et la situation de récidive, un événement dramatique qui choque à juste titre tout un chacun et occupe les devants de la scène médiatique : l'on veut tout savoir du lieu du drame et de ses protagonistes, on guette les policiers et le Procureur de la république pour avoir des fuites sur les procès-verbaux, on cherche les parents et les amis, on invite au journal tel responsable de l'internat concerné, on interviewe des psychiatres... Et, comme souvent, la dimension nationale et l'ampleur de l'incendie médiatique favorisent la réaction des politiques. Président, premier ministre, ministres, chacun y va de son intervention. François Fillon déclare que la prévention de la récidive sera désormais "une priorité absolue" (elle ne l'était pas déjà ?). De son côté, le ministre de la Justice annonce qu'il présentera mercredi au Conseil des ministres un nouveau projet de loi réformant le code pénal (peut-être la 50e réforme depuis dix ans ?). Mais personne ne se demande jamais si ce genre de crime est fréquent ou pas.

Les statistiques de police et de gendarmerie comptent chaque année les meurtres, elles donnent aussi quelques précisions et distinguent notamment les homicides sur mineurs. Elles renseignent aussi sur l'auteur. L'on peut ainsi savoir combien de mineurs ont tué un(e) autre mineur au cours de la dernière année complète. En 2010, il y a eu en France deux mineurs ayant tué un(e) autre mineur.

De nos études sur les homicides, nous pouvons préciser que ces meurtres entre mineurs sont généralement le fait de garçons sur d'autres garçons. La statistique de police ne précise pas le sexe des victimes, mais il est donc probable que sur ces 2 cas de 2010, 1 seul sinon 0 correspond au cas d'un mineur (garçon) tuant une mineure (fille).

Enfin, de l'étude sur les viols que nous avons pilotée avec Véronique Le Goaziou, nous pouvons ajouter que, étudiant les viols jugés aux assises dans trois département (Paris, Versailles et le Gard - justement) durant les années 2000, nous avons dépouillé 425 dossiers impliquant 488 auteurs et 566 victimes. Sur ces 425 viols, seuls 2 avaient été suivis de meurtre. Et l'un des deux violeurs-tueurs était un mineur (dont il n'était du reste pas absolument certain qu'il s'agissait d'un viol et pour lequel il n'y avait pas de situation de récidive). Au total, sur une période de presque dix ans et sur 3 départements, nous avons donc trouvé en tout et pour tout 1 seul cas correspondant un peu à la situation sous analyse.

Dès lors, si l'on comprend bien l'émotion déclenchée par cette affaire, l'on voit mal quel problème de société il faudrait en déduire, ni quelle réforme pénale ou psychiatrique il serait urgent d'adopter s'agissant, redisons-le une dernière fois, d'une fréquence annuelle de cas comprise entre 0 et 1 par an à l'échelle de la France entière. Peut-être pourrait-on aussi s'interroger : le risque zéro existe-t-il ? Ou bien encore : d'autres causes de mortalité des adolescents (le suicide par exemple) ne sont-elles pas beaucoup plus importantes alors que l'on n'en parle quasiment pas ?  Source http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/11/21/mort-dagnes-combien-de-cas-similaires-chaque-annee/


Pour quelques € de moins: la pollution et le fric

http://cdn.goeland.fr/static/img/modeles/big/17386_BIG.jpg    

 C'est pour éviter à son employeur d’avoir à payer 10 000 €, coût d’une nuit à Lorient que  le commandant du cargo TK Bremen est sorti de la rade de Lorient  jeudi 15.12.11, et que  le navire s’est retrouvé  échoué  sur la côte à Erdeven. provoquant ce  que les autorités nomment pudiquement"une pollution mesurée"

 

Pourtant  combien  coûte le  sauvetage de l’équipage par hélico, les heures passés par les pompiers et divers volontaires qui nettoient les saloperies de ces pollueurs...   et qui va payer tous les dégâts de la marée noire. ?

 

 


 

Une pièce à l'effigie de l'OM.

Pour honorer le titre de champion 2010, la Monnaie de Paris lance sa dernière création, dédiée au club.

 Celle-ci sera lancée le mercredi 23 novembre, à l'occasion de la cinquième journée de la Ligue des champions, contre Olympiakos, au stade Vélodrome.


Après Lyon en 2009, année de lancement pour rendre hommage au titre de champion de France de 2008, les Girondins de Bordeaux en 2010 (champion en 2009), la pièce OM s'inscrit dans une série consacrée aux grands clubs de sport, comme cela a été le cas pour le rugby ou sur les sports olympiques. Pour lancer sur le marché ce nouvel exemplaire, les dirigeants de La Monnaie de Paris ont d'abord étudié le potentiel des produits liés aux clubs. Ils ont nécessairement obtenu l'aval des dirigeants olympiens pour l'utilisation du logo notamment, pour la finalisation du dessin.

La pièce est frappée d’un côté du logo ceint par les années d’obtention du titre de champion de France. Les créateurs ont ainsi laissé les dates de 1929 (titre de champion de France amateur et non professionnel), ainsi que 1993 (année où le titre n’a pas été attribué en raison de l’affaire VA-OM). Sur l’autre face, le mariage entre l’ombre d’un joueur et une vue du stade, où l’on devine le tifo géant déployé le samedi 15 mai 2010 pour la soirée fêtant le titre contre Grenoble, est une franche réussite.
Harmonieuse, elle offre une touche vivante. Les créateurs ont poussé la précision en apposant sur cette face la coupe aux grandes oreilles remportées le 26 mai 1993, histoire de rappeler, en somme, que n’est pas premier à jamais qui veut!

Le tirage sera unique: seules 25000 exemplaires seront mis en circulation.
La valeur de 1,5euro respecte une règle très simple: les monnaies de collection ont des valeurs faciales déconnectées des valeurs faciales des euros courants habituels et oscillent de 1,5 à 5000. Cela ne bride en rien la réussite commerciale annoncée. Finalement, 25000 exemplaires, c’est peu. Quand ça touche l’OM, c’est rare..

Thierry MURATELLE (tmuratelle@laprovence-presse.fr) le mercredi 09 novembre 2011 La Provvence


Texte de la dernière lettre du jeune Mouloud Môquet.

 
Ma petite maman chérie,
mon tout petit frère adoré,
mon petit papa aimé,

Je vais être expulsé.
Par le prochain avion. Vol direct sans escale, et gratuit. Mieux qu’un vol à prix discount ! C’est à peine imaginable. Les fées de la République française se sont penchées sur moi. Je vais enfin découvrir ce pays où je suis né et que je n’ai jamais vu autrement qu’aux infos de vingt heures…
Au début, je n’y croyais pas trop, je pensais qu’on me menait en bateau, mais non, je vais voyager en avion ! Discrimination positive ! Pas en boat people, même pas clandestinement, non, non, tout ce qu’il y a de plus officiel ! Et quand je dis en avion, c’est bien assis avec les passagers et non pas dans la soute à bagages ou coincé dans le train d’atterrissage !
Je vais être traité comme un prince ou un diplomate. Et accompagné en plus, jusque l’aéroport. A l’arrivée, il y aura un comité d’accueil. On me prendra en charge, c’est garanti. On me fera visiter l’architecture locale, des prisons qui datent du colonialisme à ce qu’on m’a dit, le patrimoine historique quoi !
Ça paraît trop beau pour être vrai. Vous pensez bien : déjà, vivre à Paris quand on n’a pas de papiers, ce n’est pas toujours évident, alors voyager ! Sans carte d’identité, sans passeport ! C’est vraiment miraculeux ce qui m’arrive !
Ce que je vous demande, toi en particulier, ma petite maman, c’est d’être courageuse : pourrais-tu me prêter dix sacs ? Parce que j’ai rien sur moi et que j’aimerais bien pouvoir vous envoyer une carte postale en arrivant…
Je n’ai pas eu le temps de vous embrasser. Et pas moyen de passer au squat avant de partir. Il y a quelques formalités à remplir qui obligent le personnel de l’agence à me garder à vue.
Bon, si jamais on ne devait plus se revoir avant mon départ, sachez que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que vous m’avez tracée.
17 ans et demi, ma vie en France aura été courte, mais vachement enrichissante.
Quand je pense que la majorité des français ne peut pas partir en vacances, j’ai presque honte d’être aussi bien traité.

Je vous embrasse tous.
Votre Mouloud qui vous aime.

*extrait de "Dieu, mes chaussettes et moi" de Rodrigue ROUYER (Thebookedition.com)

La première "journée planétaire" des Indignés

Cinq mois après l'apparition du mouvement le 15 mai à Madrid,  de Madrid à New York, comme dans des centaines de villes à travers le monde, les "indignés"ont joué la carte symbolique en se rassemblant près des hauts lieux de la finance, comme le quartier des affaires de New York (occupé depuis près d'un mois par des "anti-Wall Street"), la City de Londres ou la Banque centrale européenne à Francfort. Ils ont manifesté samedi 15/10/2011  contre la précarité liée à la crise et le pouvoir de la finance. . Les puissances travaillent pour le bénéfice de quelques uns, ignorant la volonté de la grande majorité. Cette situation intolérable doit cesser".

À Madrid, cinq colonnes sont parties dans la matinée des quartiers périphériques pour refaire le chemin jusqu'à la Puerta del Sol, la place emblématique qu'ils avaient occupée pendant un mois au printemps, où ils prévoient de passer la nuit de samedi à dimanche. "Le problème, c'est la crise, révolte-toi", proclamait une grande banderole en tête de la marche partie de Leganes, à une quinzaine de kilomètres au sud de Madrid.

En Espagne, un pays frappé par un chômage record de 20,89 %, la voix des "indignés", portée par un large soutien populaire, a su se faire entendre, notamment grace aux manifestations qui ont empêché ou retardé les expulsions de dizaines de propriétaires surendettés depuis le début de l'été.

Julien Assange, fondateur de Wikileaks, a tenu un discours devant les centaines de personnes rassemblées au cœur de la City, le quartier financier de Londres.

À Londres, des centaines "indignés" se sont rassemblés dans la City. Ils ont notamment écouté un discours du Julien Assange, fondateur de Wikileaks. "Je suis venu par solidarité avec les mouvements qui se déroulent dans le monde entier", confiait un enseignant sur place : "nous voulons qu'il y ait un peu de justice dans le système financier mondialisé".

Julien Assange, ondateur de Wikileaks, a tenu un discours devant les centaines de personnes rassemblées au cœur de la City, le quartier financier de Londre

.Aux Pays-Bas, un millier de manifestants se sont rassemblés à La Haye, autant sur la place de la Bourse à Amsterdam. Environ cinq cent personnes étaient également rassemblées sur la place d'armes à Zurich, lieu emblématique de la finance suisse où sont situés les sièges d'UBS et du Crédit suisse. En Allemagne, les protestataires se sont pour leur part notamment retrouvés à Berlin et devant le siège de la banque centrale européenne, à Francfort.

À Rome, toutefois, les rassemblements ont dégénéré dans l'après-midi. La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau pour disperser les manifestants après une série d'incidents imputés par plusieurs témoins à des militants anarchistes des "black blocs". Près du Colisée, des affrontements ont éclaté entre la police et des manifestants qui jetaient des bouteilles et des pierres contre les forces de l'ordre.

Samedi matin, quelques centaines de manifestants ont défilé dans les grandes villes d'Asie, comme Tokyo, Sydney et Hong Kong. A Johannesburg, une cinquantaine de personnes se sont donné rendez-vous devant la plus importante Bourse d'Afrique, portant des pancartes avec les mots "A bas le capitalisme", "Que le peuple partage les richesses".

En Australie, où était donné le coup d'envoi de cette journée de mobilisation, un millier de personnes se sont réunies sur une place du centre-ville de Melbourne. Quelque 2000 manifestants, des représentants de la communuauté aborigène, des syndicalistes et des militants communistes, se sont réunis à Sydney devant la banque centrale d'Australie.

A New York,
le mouvement Occupy Wall Street*, qui s'est nourri aux Etats-Unis du chômage des jeunes et de l'accroissement des inégalités, et occupe un parc de l'une des plus célèbres places financières de la planète, a appelé à un rassemblement à Times Square qui a rassemblé des milliers de  manifestants samedi dans le calme,  encadrés par une forte présence policière.

En France, ceux qui se surnomment "les 99%" et ne tolèrent plus la "cupidité" des 1% les plus favorisés se sont  fait entendre dans une trentaine de villes de province.

A Paris, des centaines de personnes se sont rassemblées en début d'après-midi devant les gares, place du Châtelet et dans le quartier de Belleville, notamment. Tous devaient ensuite converger vers 17 heures, après un passage pour certains près de la Bourse, devant l'Hôtel de ville pour tenir une "assemblée populaire", selon le mouvement "Démocratie réelle maintenant".

Les "indignés" étaient environ 500 à Grenoble, selon les organisateurs, mais ils n'étaient qu'une centaine à Marseille où ils se sont regroupés sur la place du général De Gaulle, à proximité de la chambre de commerce pour aller ensuite en manifestation devant la Mairie de Marseille. A Nantes, une centaine de personnes se sont rassemblées sur la place Royale, une zone piétonne du centre-ville sur laquelle quatre banques ont installé des succursales.

Lire aussi l'article que j'avais mis sur mon blog

2


Au moment où sur toute la planète se dressent des milliers et des milliers d'Indignés

Obama inaugure le Mémorial Luther King

Le président américain Barack Obama a inauguré dimanche 16/10/2011, le Mémorial de Martin Luther King  près du National Mall, artère prestigieuse de la capitale américaine Washington.

Le défenseur des droits civiques des années soixante a «donné une voix à nos rêves les plus chers, son message résonne dans les luttes d’aujourd’hui».

Grâce au Dr King, les «barricades ont commencé à tomber, l’intolérance a commencé à s’estomper», a encore dit le président américain devant des dizaines de milliers de personnes venues assister à l’inauguration.

M. Obama a déclaré que si le prix Nobel de la paix était «vivant aujourd’hui, il nous rappellerait que le chômeur peut à juste titre s’en prendre aux excès de Wall Street, sans diaboliser tous ceux qui travaillent là».

Il faisait écho  au mouvement des «indignés» qui manifestent contre la cupidité du monde de la finance.


Quand la RATP affrète un tramway pour évacuer des Roms: l’histoire rappelle de bien tristes souvenirs et suscite un tollé à la RATP.

France Info -  jeudi 1er sept 2011

     Hier, une rame de tramway T1, qui relie Saint-Denis à Bobigny ,a été mise à disposition de la police pour l’aider à évacuer un camp de Roms à Saint-Denis, en région parisienne. Une centaine de personnes ont été embarquées, sous escorte policière, dans cette rame  généreusement mise à disposition par la RATP. Destination : la gare RER de Noisy-le-Sec

La gare de Bobigny, où se dresse un mémorial, a été l'un des lieux principaux pour la déportation de milliers de juifs du camp de Drancy pour les camps d'extermination nazis.

Construite entre les deux-guerres, elle a été de l’été 1943 à l’été 1944, le lieu d’où  les juifs internés à Drancy, furent déportés par les nazis en vue de leur anéantissement. 21 convois partirent pour d’Auschwitz. 22 453 hommes, femmes et enfants embarqués dans des wagons plombés. Classé à l’inventaire des monuments historiques depuis 2005, le site fait l’objet d’un projet de mise en valeur

Excès de zèle local, dit-on à la RATP...
Cette opération a choqué le délégué central du syndicat Sud RATP, qui a transmis l'information aux journalistes, déclarant: «Ce n'est pas à nous de transporter des convois de personnes qui ne sont pas forcément volontaires pour monter dans les tramways». L'ONG Médecins du monde, révoltée, affirme que des enfants roms ont été emmenés sans leurs parents durant l'opération.
 

L’histoire en rappelle d’autres, pas très glorieuses, entre rafle du Vel d’Hiv’ et déportations.
Cela dit, la RATP nie toute responsabilité. Cette course s’est organisée localement, dit la direction. Sans réquisition de la préfecture, et de manière assez informelle, entre la police et le dépôt du tram.

"Les policiers nous ont forcés à monter dans le tram"

Ces Roms sont habitués aux expulsions. Mais selon eux, celle de mercredi ne ressemblait pas aux autres. " Les policiers nous ont forcés à monter dans le tram jusqu'à Noisy-le-Sec poursuit Calin. Une fois là-bas, on a dû prendre le RER B. A chaque fois que l'on voulait descendre à une station, des policiers étaient et là et nous en empêchait. On a dû changer de trains plusieurs fois, ça a duré 3 heures ". 

D'après Livia Otal, coordinatrice du programme Roms chez Médecins du Monde, tous racontent la même chose : l'obligation de prendre le tram puis différents trains, la contrainte policière et l'incompréhension. " S'il n'y a pas de mesure d'expulsion ou de garde à vue, les CRS n'ont pas le droit de les forcer à prendre un moyen de transport", s'indigne-t-elle. 

La préfecture réfute toute opération illégale

Loin de partager cette version de l'histoire, la préfecture de Seine-Saint-Denis répond: "A partir d'une décision de justice du 18 juillet, les policiers sont allés déloger ces gens avant l'arrivée de la pelleteuse. La station de tramway n'était pas loin, les familles s'y sont dirigées de leur plein gré et ceux qui ne voulaient pas monter sont partis. Ils ont demandé à aller à Noisy-le-Sec. Une fois là-bas, le travail policier s'est arrêté". L'Express.fr 02/09/2011

 

La lettre d'une dame de 86 ans à sa banque..

 

 

 

Cher Monsieur,

Je vous écris pour vous remercier d'avoir refusé le chèque qui m'aurait permis de payer le plombier le mois dernier. Selon mes calculs, trois nanosecondes se sont écoulées entre la présentation du chèque et l'arrivée sur mon compte des fonds nécessaires à son paiement. Je fais référence, évidemment, au dépôt mensuel automatique de ma pension, une procédure qui, je dois l'admettre, n'a cours que depuis huit ans. Il me faut d'ailleurs vous féliciter d'avoir saisi cette fugace occasion et débité mon compte des 30 Euros de frais pour le désagrément causé à votre banque. Ma gratitude est d'autant plus grande que cet incident m'a incité à revoir la gestion de mes finances. J'ai remarqué qu'alors que je réponds personnellement à vos appels téléphoniques et vos lettres, je suis en retour confrontée à l'entité impersonnelle, exigeante, programmée, qu'est devenue votre banque.
          A partir d'aujourd'hui, je décide de ne négocier qu'avec une personne de chair et d'os. Les mensualités du prêt hypothécaire ne seront dorénavant plus automatiques, mais arriveront à votre banque par chèques adressés personnellement et confidentiellement à un(e) employé(e) de votre banque que je devrai donc sélectionner. Soyez averti que toute autre personne ouvrant un tel pli consiste en une infraction au règlement postal. Vous trouverez ci-joint un formulaire de candidature que je demanderai à l'employé(e) désigné(e) de remplir. Il comporte huit pages, j'en suis désolée, mais pour que j'en sache autant sur cet employé(e) que votre banque en sait sur moi, il n'y a pas d'alternative. Veuillez noter que toutes les pages de son dossier médical doivent être contresignées par un notaire, et que les détails obligatoires sur sa situation financière (revenus, dettes, capitaux, obligations) doivent s'accompagner des documents concernés. Ensuite, à MA convenance, je fournirai à votre employé(e) un code PIN qu'il/elle devra révéler à chaque rendez-vous. Il est regrettable que ce code ne puisse comporter moins de 28 chiffres, mais, encore une fois, j'ai pris exemple sur le nombre de touches que je dois presser pour avoir accès aux services téléphoniques de votre banque. Comme on dit : l'imitation est une flatterie des plus sincères.

     Laissez-moi développer cette procédure.
     Lorsque vous me téléphonez, pressez les touches comme suit : Immédiatement après avoir composé le numéro, veuillez presser l'étoile (*) pour sélectionner votre langue.
     Ensuite le 1 pour prendre rendez-vous avec moi.
Le 2 pour toute question concernant un retard de paiement.
Le 3 pour transférer l'appel au salon au cas où j'y serais.
Le 4 pour transférer l'appel à la chambre à coucher au cas où je dormirais.
Le 5 pour transférer l'appel aux toilettes au cas où...
Le 6 pour transférer l'appel à mon GSM si je ne suis pas à la maison.
Le 7 pour laisser un message sur mon PC. Un mot de passe est nécessaire. Ce mot de passe sera communiqué à une date ultérieure à la personne de Contact autorisé mentionné plus tôt.
Le 8 pour retourner au menu principal et écouter à nouveau les options de 1 à 7.
Le 9 pour toute question ou plainte d'aspect général. Le contact sera alors mis en attente, au bon soin de mon répondeur automatique.
Le 10, à nouveau pour sélectionner la langue. Ceci peut augmenter l'attente, mais une musique inspirante sera jouée durant ce laps de temps.
     Malheureusement, mais toujours suivant votre exemple, je devrais infliger le prélèvement de frais pour couvrir l'installation du matériel utile à ce nouvel arrangement.
     Puis-je néanmoins vous souhaiter une heureuse, bien que très légèrement moins prospère, nouvelle année ?

Respectueusement,
Votre humble cliente


«Les riches sentent les dangers de la situation actuelle»

Les pauvres la vivent depuis belle lurette.

 

Certains riches veulent être plus taxés pour éponger les déficits publics.

Une vaste hypocrisie, dénonce la sociologue Monique Pinçon-Charlot.

 

Le patron de Publicis, Maurice Lévy estime que les Français les plus riches doivent participer à la réduction du déficit sous la forme d'une contribution fiscale exceptionnelle. Pierre Bergé y est également favorable. ( (2) PS: Depuis, dans un appel publié par le Nouvel Observateur du 23/08/11, seize patrons d'entreprises et très grandes fortunes  ont signés un texte demandant "l'instauration d'une contribution exceptionnelle qui toucherait les contribuables français les plus favorisés" pour réduire le déficit budgétaire. Note SVPat )

Mais pour Monique Pinçon-Charlot, co-auteur du Président des riches (1) , ce n’est rien d’autre que de la poudre aux yeux. Elle décrypte les vraies motivations des riches.

 

Comment analysez-vous l’appel de Maurice Lévy au paiement par les plus riches d’une contribution exceptionnelle pour éponger les déficits?

Cette idée est dans l’air du temps. Elle circule dans les cercles privés et les résidences huppées. Avec les révolutions arabes, les émeutes en Angleterre, la classe dominante sent les dangers explosifs de la situation actuelle.

A la suite de la sortie de notre livre Le Président des riches, nous avons passé 8 mois à sillonner la France.  Nous avons pu mesurer à quel point il y a un sentiment de révolte dans le pays de Nicolas Sarkozy parmi les classes moyennes et populaires.

Compte tenu des affaires Servier, Tapie,  Bettencourt et  Wildenstein  qui touchent de près le président de la République, ses amis se devaient de faire un geste pour apaiser la tension. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la tribune de Maurice Lévy.

L’idée que les riches paient une contribution exceptionnelle est quand même une bonne nouvelle?

Payer une contribution exceptionnelle est le moyen pour les riches de se légitimer. Surtout qu’elle ne serait pas très contraignante. Maurice Lévy parle bien d’une taxe exceptionnelle. Cela sous-entend qu’elle sera provisoire.

Pour réellement bien faire, les riches devraient payer enfin leurs impôts en mettant fin à l’optimisation fiscale. Il faudrait une réelle réforme fiscale progressive où tous les revenus du travail et du capital seraient prélevés à la source pour éviter les niches et l’évasion.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ne dit-elle pas que l’impôt «doit être également réparti entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés»?

Mais quand bien même, une contribution exceptionnelle serait appliquée, le montant resterait très symbolique au regard de leur richesse.

Pensez-vous qu’avec cette crise, en France, les riches vont devenir plus solidaires?

Rien ne va changer. Souvenez-vous en 2008, l’État français a volé au secours des banques à coup de milliards. Tout est rentré dans l’ordre très vite pour ces institutions. La preuve, elles se sont remises à verser des bonus à leurs dirigeants et à leurs traders. Regardez cette année, le plan de sauvetage de la Grèce. Il va alourdir l’endettement de la France de 15 milliards d’euros. Mais c’est un cadeau inouï aux grandes fortunes grecques qui sont les principales créancières du pays. Conclusion: on fait toujours des cadeaux aux plus riches.

A partir de quand est-on considéré comme très riche en France?

La grande richesse est multidimensionnelle. Bernard Arnault est l’homme le plus riche de France avec 21 milliards d’euros. Jean-Paul Gaultier, qui est la 500e fortune hexagonale selon Challenges est à la tête de 60 millions d’euros.  L’écart entre les deux est très important.

Mais la richesse est de plusieurs ordres. Au-delà de la richesse matérielle, il y a la richesse culturelle (tableaux et autres œuvres d’art…), sociale (cercles, réseaux…) et la richesse symbolique. Le riche est plutôt mince et redressé alors que le pauvre a tendance à souffrir d’obésité. Jamais les individus n’ont autant porté l’origine de leur classe sur leur corps. 

La grande richesse, c’est comme un iceberg. Quand on en voit une partie, il faut se dire qu’il y en a 100 fois plus en-dessous.

 

(1) Une nouvelle version enrichie du Président des riches sortira en librairie le 15 septembre aux éditions La Découverte.

(2) Taxez-nous disent-ils. Cet appel est signé par Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, Antoine Frérot, DG de Veolia Environnement, Denis Hennequin, PDG d'Accor, Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac, Maurice Lévy, PDG de Publicis, Christophe de Margerie, PDG de Total, Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale, Jean Peyrelevade, président de Leonardo France, Franck Riboud, PDG de Danone, Stéphane Richard, PDG d'Orange, Louis Schweitzer, président de Volvo et de AstraZeneca, Marc Simoncini, président de Meetic, Jean-Cyril Spinetta, président du conseil d'administration d'Air France-KLM et du conseil de surveillance d'Areva et Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot-Citroën. Claude Perdriel, président du conseil de surveillance du Nouvel Observateur et Liliane Bettencourt, actionnaire de L'Oréal, y ont également apposé leur signature.

(3)Propos recueillis par Mathieu Bruckmüller pour 20 minutes.fr

 

 

 

 

Des amis d'hier....

Une tente pour le colonel Kadhafi à Paris

Le colonel Kadhafi est attendu à Paris pour une visite de cinq jours. Le leader libyen recevra ses invités dans une tente, installée à son intention dans le parc de l'Hôtel Marigny.

Par LIBERATION.FR avec SOURCE AFP ET REUTERS - 7 déc. 2007

 

 

*Camping Sarkozy, Parc de l'Hotel Marigny, pour son ami Kadhafi :

 

         Kadhafini   par Marco Large http://past.is/RVb

...au   pestiféré d'aujourd'hui !

 

 


 

London Calling
Essai de Mumia Abu-Jamal
Mumia Abu-Jamal propose un essai présentant ses réflexions sur les émeutes qui ont secoué l’Angleterre les premières  semaines d'août 2011. Mumia, surnommé « la voix des sans voix » est un activiste militant condamné à mort depuis 1982 [aux États Unis].


Après des décennies de trahison politique du parti travailliste et l’effronterie des "Tories" (le Parti Conservateur Britannique) contre la classe ouvrière surgi une classe furieuse pleine de rancœurs qui a secoué ce qui fut le centre de l’empire Global : Londres.

Les incendies se sont étendus à Birmingham, Croydon, Bristol, Liverpool et Tottenham, la mèche a pris par le même type d’agression qui avait suscité les explosions des années 60 et 90 : la violence policière – cette fois employée contre un père de 20 ans avec ces 4 fils, Mark Duggan.

Mais bien que la violence policière fut l’étincelle, cela ne signifie pas que ce fut la raison principale. Les années de coupures budgétaires, chômage, baisse drastique d’opportunité éducative, et la pire mesquinerie politique face aux pauvres, aux dépossédés, aux migrants et autres marginalisés, ont laissé beaucoup de gens avec une saveur amer dans la bouche, spécialement dans une ville convertie en centre financier de l’Europe, où d’aucuns vivent une vie d’excès et d’abondance.

Comme nous pouvions l’attendre, les politiques se sont rués sur les microphones et ont débité des phrases qui apportent à l’esprit des prétextes comme pour leur cousin américain au pouvoir dans les années 60, ou les justifications pour exonérer les policiers qui ont violenté Rodney King, dont la sauvage raclée avait amené à l’embrasement du sud de la Californie en 1992.
 

“Ce sont des délinquants, rien de plus. On ne parle pas des conditions sociales !”

“Ce sont des durs. Ce sont des voleurs, rien d’autre que ça !” (la dernière fois je me rendis compte, les voleurs ne brûlent pas les lieux qu’ils volent).

Les incendies sont des tentatives de destruction. Point  !

Durant le tumulte des années 60 le Révérant Dr. Martin L. King, Jr, dit : “Dans le fond, une émeute est le langage de ceux que l’on écoute pas”.

Jusqu’à aujourd’hui, ceux qui sont au pouvoir en Angleterre n’ont rien écouté !

Depuis le Couloir de la mort, c’est Mumia Abu-Jamal
10 Août 2011.


 

Être né sous le signe de l’Hexagone...

Après 1955, c’est pas bandant !


Le gouvernement a publié ce mardi un décret baissant encore plus le niveau des retraites réelles qui vont être perçues par les salariés. Un décret scélérat et mensonger selon Gérard Filoche 
(*1), pour 41,5 annuités de cotisations retraite alors que les salariés en font 36 en réel en moyenne

Ca y est les pillards sarkozystes baissent encore plus le niveau des retraites réelles qui vont être perçues par les salariés.
Ils ont publié mardi 2 août 2011 le décret qui impose « 41,5 » annuités pour une retraite à taux plein pour la génération née après 1955.

L’explication donnée est que l’espérance de vie augmente. Et le nombre d’annuités à cotiser devrait augmenter en conséquence (sic).

Mais l’espérance de vie est inégale et les salariés du milieu et du bas de l’échelle vivent moins longtemps. L’espérance de vie en bonne santé reste en moyenne à 63 ans pour les hommes et à 64 ans pour les femmes. La biologie du corps humain est inchangée entre 55 et 65 ans. Entre 60 ans et 62 ans, en France, 100 000 hommes et 50 000 femmes meurent chaque année, qui n’auront plus un seul jour de retraite !

Ce décret scélérat Sarkozy-Fillon-Bertrand va surtout contre la réalité du travail : car en pratique, dans la vie réelle, licenciements et chômage des « seniors » font que la durée de cotisation baisse au lieu d’augmenter ! La moyenne des annuités cotisées a baissé vers 36 annuités. Cela fait un « gap » de 5,5 ans de décote négative. Cela se traduit par un véritable pillage des retraites pour des millions de salariés qui voudraient partir à…62 ans ! C’est purement de l’escroquerie de demander aux salariés de travailler 41,5 annuités alors qu’on sait qu’ils ne peuvent pas : qu’ils sont en moyenne, de facto limités à 36 annuités !

Il y a une autre solution, juste : indexez donc le nombre d’annuités cotisées exigées sur la moyenne des annuités réellement effectuées par les salariés dans la vie réelle ! Si vous parvenez à baisser le chômage dans la vie réelle, à éviter le licenciement des seniors vers 55 ans, si vous augmentez la moyenne réelle des cotisations, de 36 vers 37, vers 38 ou 39 ou 40 annuités, faits des décrets en conséquence ! Mais ne fixez pas des objectifs inatteignables pour l’immense majorité des salariés, sachant cyniquement que le seul résulta ne sera pas de les faire travailler plus mais de les faire gagner moins.

(*1) Gérard Filoche est retraité, après 30 ans comme inspecteur du travail, « tout corps plongé dans les entreprises reçoit une poussée égale au volume d’exploitation constatée ». Militant syndical et politique : « Si je n’avais pas été militant avant de faire ce métier, ce métier me l’aurait fait devenir »
 

Marseille : Roms, la descente aux enfers

 
 
 

L'Armée Rouge a défilé dans ma tête... ou a changé de couleur ?

Les soldats sculptés du monument en bronze de l'Armée soviétique dans le centre de Sofia, en Bulgarie, ont été repeints la semaine dernière par un artiste resté anonyme, qui les a transformés en super héros et autres personnages emblématiques de la pop-culture américaine, dont le Père Noël, Superman, le Joker et le clown Ronald McDonald, brandissant la bannière étoilée.

       

   

 

 


Le monument, qui alimente une polémique entre Russophiles et anti-communistes, a fait l'objet de nombreuses photos au cours du week-end, mais a désormais repris son apparence d'origine. Le nettoyage a été fait de nuit, afin de devancer la manifestation et la chaîne humaine annoncées pour empêcher l'opération. (7sur7 -
© afp and © reuters -21/06/11)

 
 

Quand on ne jette pas la nourriture, on jette le salarié !


Chez Monoprix ou ED, on licencie des employés accusés d'avoir glané des légumes périmés. Dans un cabinet d'avocats, on licencie des collaborateurs qui ont ramassé des restes de buffets.


Il ne fait pas bon récupérer de la nourriture dans son entreprise, indique L'Express qui relate l'histoire hallucinante de deux salariés, licenciés pour avoir ramassé des restes de buffets organisés au sein du cabinet d'avocats parisien où ils étaient employés depuis plus de trois ans. On leur reproche "la disparition régulière de nourriture et de bouteilles à l'issue de repas servis dans le cadre de réunions clients ou de réunions internes". Les intéressés reconnaissent s'être servis, mais uniquement d'aliments entamés et après s'être assurés que tout partait à la poubelle... Ils ont reçu le 27 juin leur convocation pour un entretien préalable de licenciement le 7 juillet et ont été mis à pied à titre conservatoire. Ils vont, évidemment, saisir les Prud'hommes.

Autre affaire tout aussi sidérante — peu de temps après celle, très médiatisée, du salarié de Monoprix à Marseille qui a failli perdre son emploi après avoir récupéré des melons dans la poubelle de l'enseigne —, celle de cette agent de maîtrise d'un magasin ED à Nieppe, dans le Nord, qui fait l'objet d'une procédure de licenciement pour faute grave après la découverte dans sa voiture de légumes "défraichis" : Licenciée pour un vol de poireaux pourris, tel est le titre de L'Expansion. Parallèlement, dans le cadre de son travail, cette mère célibataire devait jeter pour 300 euros de marchandise par jour... Écœurant !

Elle aussi va poursuivre son employeur devant les Prud'hommes. A l'instar des deux salariés du cabinet Gide-Loyrette-Nouel, elle échappe de justesse au "droit de timbre" de 35 euros, taxe instaurée en catimini par le Parlement (article 20 du projet de loi de finances rectificatives adopté le 6 juillet 2011) et dont devra s'acquitter, à compter du 1er octobre, tout justiciable qui entamera une procédure. Car en France, avec l'UMP, l'accès gratuit à la justice pour tous, c'est terminé !


Et pendant qu'on jette des salariés qui ne supportent pas qu'on jette de la nourriture, les pays les plus riches pinaillent sur le milliard d'euros qu'il faudrait débloquer pour sauver les victimes de la sécheresse et de la famine en Somalie.

Et, pendant qu'on jette des salariés qui ne supportent pas qu'on jette de la nourriture, nous vient à l'esprit la chanson de Denis Robert : «Ils s'en prennent toujours aux voleurs de poules, jamais aux pilleurs de foule». Le courageux journaliste évoquait alors Clearstream, mais ce constat est valable pour Monoprix, ED,
"l'aristocratie des avocats" comme celle des actionnaires, et tant d'autres voleurs si présentables, drapés dans leur puissance...

SOURCE : actuchomage.org  Jeudi, 28 Juillet 2011


La Cagole au Panthéon des mots
 
C'est avec une fierté non-dissimulée que la cagole et le "cacou", deux purs produits de notre "parlé marseillais" viennent de faire une entrée, forcément remarquée, au Panthéon des mots, la bible de tous les Français : le dictionnaire. Plus précisément, le Robert illustré 2012,  et le Petit Robert .

Il y a de quoi empéguer le gros teston et se niasquer jusqu'au bout de la nuit pour fêter la consécration.*

 Au beau milieu de ces pavés de deux kilos, tirés à des dizaines de milliers d'exemplaires, ils pourront désormais fanfaronner aux côtés des "bouléguer", "péguer" et "escagasser..."… Les rares mots marseillais à avoir été admis par les experts de la langue de Molière.

Pour "cacou", même si l'accent sur le "a" a été gommé, un consensus se dégage plus ou moins. "La définition est correcte, estime Médéric Gasquet-Cyrus. Je note même une évolution favorable par rapport à celle du Larousse, choisie en 2006, qui fait passer ce mec un peu grande gueule, qui roule les mécaniques, pour un voyou". À l'époque, on était d'ailleurs passé à deux doigts de l'engatse sévère.
 

Pour la "cagole", dont c'est une "vraie" première dans un dico, les critiques sont plus cinglantes. Les qualificatifs de "jeune" et surtout "vulgaire" restent en travers de la gorge des Marseillais. "Non seulement on peut être "cagole" à tout âge, explique le linguiste, mais elle a un côté plus outrancier que vulgaire!" Malheureusement, de Paris, difficile de se faire une idée précise de "la cagole" tant elles sont diverses et variées. Celles des quartiers Nord n'auront pas forcément le même accoutrement que leurs homologues des quartiers plus chics…... Et pourtant! Dans leur attitude, on retrouve cette exagération qui les a rendues célèbres. Et même, sympathiques. C'était pourtant pas gagné. Au 19e siècle, la cagole désignait clairement la prostituée en référence aux trieuses de dattes qui arrondissaient leurs fins de mois sur le trottoir."Tu vas finir en petite cagole", avait même prédit Honorine à Fanny. Depuis quelques années, "cette femme de tempérament, qui parle fort" ne complexe plus. Elle revendique même sa "cagolitude" et participe à des concours de "miss cagole"! "Ce n'est pas une beauté fine mais son manque de discrétion et son tempérament de feu la rendent attachante", assure Jean Jaque.
 

Le mot de la fin revient, forcément, à une Marseillaise qui clôt la polémique par un jugement sans appel :

 "De toute façon, vaut mieux être une cagole qu'un cabestron  ! "*
 


J'espère qu'au moins là haut......

 

De son enfance modeste à Montrouge à son triomphe, la Ville de Montrouge rend un nouvel hommage à Coluche le 14 juin en présence de Véronique Colucci et leurs fils, Romain et Marius Colucci.

À l’occasion du 25ème anniversaire de la mort de Coluche (19 juin 1986), le Maire de Montrouge, Jean-Loup Metton et Véronique Colucci dévoileront une sculpture de bronze de 1m57, représentant la célèbre salopette de Coluche scellée face à son quartier d'enfance, le quartier Émile Boutroux.

 

Le concept de la sculpture À Coluche est de « créer pour ne pas l’oublier ». Représenter Coluche, mais aussi représenter sa disparition… D’où l’idée de sa salopette vide. Clin d’œil à la sculpture de Rodin À Balzac qui le représente par sa robe de chambre, À Coluche est un Coluche en mouvement et insiste sur sa présence toujours très vivante dans les esprits des Français. 

Après le trophée des Salopettes d’or, c’est donc naturellement que la Ville de Montrouge a commandé au sculpteur Guillaume Werle de nationalité belgo américaine qui  vit et travaille à Montrouge,  cette statue de bronze de 1m57 et de 120 kg.
Une salopette de bronze vide, sans corps, laissant place à l’imaginaire et au souvenir. 

 La sculpture a été fondue le 9 mai 2011 à la Fonderie d’Art Paumelle en présence de Véronique Colucci.

 

 

 

 

Source:     Ville de Montrouge  + Photo 2 Midi Libre   +Vidéo Le Parisien


Vendredi 13 mai 2011, cela fera 500 jours que Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, journalistes de France 3, sont otages en Afghanistan. Pour marquer ce jour tristement symbolique, le Club de la Presse se mobilis

                       A Marseille     http://www.club-presse-provence.com/marseille/les-infos/500-lumieres-pour-500-jours-denfermement

                                     500 lumières pour 500 jours d 'enfermement

                       A Montpellier http://www.clubpresse.org/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=238&cntnt01origid=53&cntnt01returnid=109

                                           500 personnes vêtues de noir seront invité à s'enchaîner

                        A Toulon     http://www.clubdelapresse83.com/spip.php?article41

                                                        500 coups de pouce aux otages

                       A Strasbourg  http://www.club-presse-strasbourg.com/?option=com_actualites&view=actualite&id=497

                                     500 ballons seront lâchés

               A ....

Vendredi 13 : souhaitons que ça leur porte bonheur !

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&
  Non Coluche n'est pas mort

Christophe Alévêque est candidat à l'élection présidentielle

                                                                                                                                                                                                      L'humoriste Christophe Alévêque alias "Super Rebelle" a annoncé vendredi 6 mai au soir à Paris sa candidature à l'élection présidentielle de 2012, au cours d'un happening qu'il organise chaque année le 6 mai devant le Fouquet's en signe de protestation depuis l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en 2007.

 

        "Devant ce constat politique navrant, j'ai donc décidé, après avoir organisé les primaires dans les toilettes de chez moi cet après-midi, de présenter ma candidature à la prochaine élection présidentielle", a déclaré l'humoriste arrivé à 20h précise devant le célèbre restaurant des Champs Elysées où Nicolas Sarkozy avait fêté son élection en 2007.

 

"Mais ce ne sera pas moi, ce sera un héros : Super Rebelle !", a-t-il lancé, revêtant une cape rouge de super héros sous les applaudissements, sifflements et au milieu des confettis jetés par ses supporteurs devant les badauds rassemblés autour de lui. Un comité de soutien armé de cuivres a accompagné l'action en musique, lancé de faux billets de 500 euros et brandi des pancartes à l'effigie du candidat "Super Rebelle".

        Auparavant, il s'était livré à un décompte comme avant l'annonce du résultat de l'élection présidentielle, afin de "fêter les quatre ans du petit (...) grand timonier de la gesticulation" et d'allumer les bougies sur un gâteau "du secours populaire" destiné à "l'omniprésident".

Un projet de documentaire

         Les "Roms", "l'islam de France", "l'affaire Bettencourt", "BHL et Kadhafi", "Carla Bruni-Sarkozy"... Christophe Alévêque s'est livré à un "rappel" en règle des événements et personnalités qui ont marqué l'année en cours, a fait chanter le public, lâché une colombe en bois, et enchaîné les boutades et moqueries sur le pouvoir en place et les politiques en général.

 

        Il a appelé le public à aller voter quoi qu'il arrive et annoncé qu'il partirait en campagne comme les autres candidats qu'il "caricaturerait". Cette "campagne" de Super Rebelle à la rencontre de ses électeurs sera filmée comme un documentaire, selon la société qui le produit, Cinétévé.

Le Nouvel Observateur - AFP


Feria d'Arles : un toro gracié à la demande du public

 

Pasion" de l'élevage Garcigrande, deuxième toro de la corrida de cet après-midi  ( Vend 22 avril 2011) à la Feria d'Arles, toréé par El Juli, magistral à la cape et à la muleta, a été gracié à la demande du public des Arènes d'Arles. Une décision extrêmement rare ....

 

Feria : le toro gracié retourne dans son élevage

Pasion va bien. Toréé par El Juli et gracié vendredi 22 avril 2011 lors de la première corrida de la feria de Pâques à Arles, Pasion, le miraculé de Pâques, a été soigné par deux vétérinaires aux corrales de Gimaux.
"Il va bien et devrait retourner dans son élevage de Garcigrande, dans la région de Salamanque, mercredi ou jeudi", nous a affirmé Luc Jalabert, directeur des arènes d'Arles. Une nouvelle carrière, celle d'étalon, devrait commencer pour le noble toro roux.


Le Roi des Fous

   Le monde est devenu un grand hôpital psychiatrique où les fous se promènent en liberté… Chaque pays a élu son chef : le Roi des Fous. Et pour ne pas que les rois s’ennuient, on leur a donné des jouets : des petits soldats, des camions, des avions à réaction. Et les rois des fous du monde entier s’invitent entre eux pour jouer. Au cours de petits goûters, ils comparent leurs jouets :

-          Tu as vu mon sous-marin ?

-          Et toi, tu as vu mon camion !

 

Tous les soirs, ils jouent très tard… ils font la bombe.

Ils poussent leurs petits soldats qui tombent sous les billes…

Quand il n’y en a plus, ils les remplacent…

Et puis les Rois des Fous échangent leurs jouets :

 

-          J’te prête mon pétrole, mais toi tu me prêtes ta bombe à neutrons.

-          D’accord, file-moi ton uranium et j’te prêterai mes petits camions de soldats.

  

Et puis, il y a des Rois qui n’ont rien à échanger :

 pas de jouets, même pas de quoi de manger…

A quatre heures, ils ont droit à un petit goûter à partager en trois…

Ils vivent au tiers… c’est le tiers-monde…

Ils traînent derrière eux, au bout d’une ficelle, un lapin qui joue du tambour…

Et en les voyant passer, les Rois des Fous du monde entier leur jettent pour s’amuser, des petits noyaux d’olive nucléaire…

 

   Et puis de temps en temps, il arrive un docteur qui veut soigner les fous… on l’appelle le Prix Nobel de la Paix ! On lui met une grosse médaille sur le cœur qui brille au soleil pour qu’on voie bien l’endroit où il faut tirer pour le tuer… et la vie continue !

  

Les Rois des Fous du monde entier s’entourent de débiles qu’ils choisissent eux-mêmes :

le premier débile, le débile des finances, le débile des armées, cela s’appelle un gouvernement.

 

Et dans le monde entier, les débiles donnent des conseils aux Rois des Fous pour gouverner des cons… et les cons… cherchez pas, c’est toujours nous… !

 Mais si les cons du monde entier voulaient se donner la main, on obligerait les fous à ranger leurs jouets, leurs chars, leurs canons, leurs avions, et nous pourrions enfin nous promener en paix dans les jardins de la terre qui sont si jolis quand on n’y fait pas la guerre.

Roland Magdane


Hadopi: rupture de stock de vaseline pour les artistes de gôche...

La p'tite info du jour... pour rire ou pour pleurer... par Alain Michel Robert

 jeudi 17 mars 2011 - .www.agoravox.fr

Régulièrement RSF (Reporters Sans Frontières) publie sa liste des pays ennemis d’Internet et des pays sous surveillance. Le seul pays d’Europe de l’ouest qui fait partie de cette liste est : .........roulement de tambour.... attente fébrile du public, attention ! ... ne pas mettre entre toutes les oreilles... âmes sensibles s'abstenir... uniquement pour les "initiés" : la France. "Cocorico… !"

 

Comment en est-on arrivé là ? Chacun son analyse… mais on peut chaudement remercier au passage les artistes de gôche sans qui l’Hadopi n’aurait certainement pas vu le jour, ou tout du moins, pour être gentil, beaucoup plus difficilement.

Rappelons au passage qu’aucun artiste ne touchera un centime de l’usine à gaz Hadopi qui, elle, par contre, coûte au contribuable entre 32 500 et 425 000 euros par jour !  Lorsqu’on sait que pour produire un nouvel artiste dans des conditions optimum, il suffit de 100 000 euros, les comptes sont vites faits : cette somme ne serait-elle pas mieux employée à la promotion des jeunes talents qui pullulent en France ?… et qui attendent que les vieux cons "qui finissent mal avec Blondine dans un journal" veuillent bien leur faire un peu d’air.

Piqûre de rappel Liste des artistes qui ont contribué à ce que la France devienne une dictature molle : Étienne Daho, Christophe Maé, Kery James, Sinik,Francis Cabrel, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman,Jenifer, Stanislas, Raphaël, M Pokora, Keren Ann,Thomas Dutronc, Eddy Mitchell, Isabelle Boulay,Maxime Le Forestier, Martin Solveig, Marc Lavoine,Calogero, Gérard Darmon, Pascal Obispo, Jacob Devarrieux,Elie Seimoun, Alain Bashung, Bernard Lavilliers,Rachid Taha, Bob Sinclar, Psy4delarime, Abd Al Malik, Anis,André Manoukian, Charles Aznavour, Alain Souchon,Mademoiselle K, Soprano, Arthur H, BB Brunes,Liane Foly, Emmanuelle Seigner, Ridan, Renan Luce,Zita Swoon, Johnny Hallyday, Empyr, Kenza Farah,Shine, Camaro, Diam's, Renaud, Romane Cerda,Cali et la Grande Sophie.

Soyons clairs et triviaux : nos artistes de gôche se sont fait baiser ! Mais on les avait prévenus... il aurait suffit qu'il prennent leurs infos un peu plus sur le Web et un peu moins dans les médias traditionnels de la pensée unique... C'est à se demander si certains d'entre-eux savent ce qu'est une souris... et ont compris quoi que ce soit à la révolution Internet ? Doit-on compatir pour les dinosaures ?


Comme elle l'a fait pour alerter les  Français sur  le  Traité  Européen de  Maastricht  et ses  méfaits ,  l'Humanité nous révèle  les dessous cachés du "Pacte de compétitivité"
..Découvrez la suite.

 
 
 
On est venu te dire qu'on t'aime bien
Et tes provocations n'y changent rien
On se fout des excès côté jardin
Nous c'est le côté cœur qu'on aime bien
Les marchands de paradis te font peur
On approuve tes colères quand tu dis merde aux dealers
L'âge de tes cheveux
Les sillons de tes yeux
Ne pourront empêcher
Ta jeunesse à jamais

On est venu te dire qu'on t'aime bien
Et tes provocations n'y changent rien
Cigarette et whisky on s'en fout bien
Nous c'est les mélodies qu'on aime bien
Toi tu resteras toujours dans nos cœurs
A moitié chanteur génie
A moitié papa pudeur
L'âge de tes cheveux
Les sillons de tes yeux
Ne pourront empêcher
Ta jeunesse à jamais

On est venu te dire qu'on t'aime bien
Et tes provocations n'y changent rien
Jus de pomme et gitane en chocolat
On a appris ces mots rien que pour toi
Faut pas chercher loin la rime à Gainsbourg
Ça ne peut être qu'amour
Mais pour toi c'est pour toujours
L'âge de tes cheveux
Les sillons de tes yeux
Ne pourront empêcher
Ta jeunesse à jamais
 
 

 

A l'aube du 139éme ... jours !
 
 
« D’abord ils vous ignorent, ensuite ils se moquent de vous, ensuite ils vous combattent et enfin vous gagnez ! »  GANDHI
 
 
 
Jour de fête pour les facteurs victorieux de Marseille 02
 
 
 
>>>>>>Discours de victoire au 139ème. Intervention d'Alain Croce- CGT Mlle 02
 
 

 
  UN GRILLON À NEW YORK.
Un ethnologue new-yorkais reçoit un jour à Manhattan un de ses vieux amis Sioux. Et comme à grand-peine ils cheminent dans la cohue des gens, des voitures hurlantes, des gyrophares policiers, bref dans l’ordinaire boucan d’une avenue crépusculaire à l’heure de pointe, le Sioux s’arrête soudain au coin d’une rue, tend l’oreille et dit : - Tiens, j’entends un grillon. Son ami s’étonne. - Un grillon ? Laisse tomber, mon vieux, tu rêves. Entendre un grillon, à New York, dans ce vacarme ? - Attends, dit l’autre. Il va droit à l’angle d’un mur. Dans une fente de béton poussent des touffes d’herbe grise. Il se penche, puis s’en revient. Au creux de sa main, un grillon. - Alors ça, bafouille l’ami, abasourdi, c’est incroyable. Une ouïe fine à ce point-là, c’est un truc de sorcier, ou quoi ?- Pas du tout, répond le Sioux. Chacun entend ce qui l’habite et ce qui importe dans sa vie. Facile à démontrer. Regarde. Il sort quelques sous de sa poche et les jette sur le trottoir. Tintements brefs, légers, fugaces. Dans la bousculade autour d’eux, tandis que les voitures, au feu du carrefour, klaxonnent, démarrent, rugissent, dix, quinze têtes se retournent et cherchent de l’oeil, un instant, ces pièces de monnaie qui viennent de tomber. - Voilà, c’est tout, dit le Sioux. [Henri Gougaud.]
Peinture : James Bama
 

 Je Veux une République Irréprochable  ...mais qui qu'a dit çà?*

Ceci est un message de l’Amicale des dictateurs à ses membres

Il semblerait qu’un mal étrange frappe nos adhérents ayant prêté ou dont les proches auraient prêté des avions à des membres du gouvernement français, membres de l’UMP. Dès lors qu’un ministre de Nicolas Sarkozy met les pieds dans un jet affrété, le dictateur est contesté, et peut même avoir à s’enfuir.

L’amicale des dictateurs insiste sur les mesures prophylactiques à prendre d’urgence : n’affrétez plus d’avions aux membres de l’UMP qui souhaiteraient venir passer quelques jours au soleil, entre deux conseils des ministres.

Éviter la photo sur le perron en leur compagnie. Fuyez les comme la peste quand bien même ils souhaitent vous aider en déclarant que votre pays n’est pas si dictatorial que cela, deux trois coups de matraques n’ayant jamais fait de mal à personne.

Ces quelques mesures provisoires devraient vous permettre de passer l’orage de la contestation pour retrouver la stabilité qu’appellent de leurs vœux les grandes institutions financières, que nous remercions au passage pour leur soutien qui se manifeste par une dégradation de la note financière de la Tunisie depuis que la population de celle-ci a déposé notre regretté collègue Zine El-Abidine Ben Ali.

Le bureau de l’amicale.

* Indices :  Il est  l' un des invités de cette amicale.  Il préfére le bateau de son ami Bolloré ( il s'est fait construire un petit avion pour lui tout seul)  Il est petit et porte des talonnettes


Ghesquière-Taponier: 400 jours de captivité , une éternité
 

Aujourd'hui,  2 février 2011: Quatre cents jours.

Dans les montagnes afghanes, Hervé Ghesquière, Stéphane Taponier, et leurs trois accompagnateurs afghans Mohamed Reza, Ghullum et Satar sont captifs depuis un an et un mois.


 

                                                Noël à l’UMP

La crèche considérée comme habitat de fortune par la LOPPSI 2 a été détruite.

Marie et Joseph se sont vus infliger une amende de 3750 euros.

Le petit Jésus, jugé génétiquement délinquant, a été placé dans un centre éducatif fermé.

L’âne et le bœuf abattus par un tir de Taser. (1)

Le Boumian ( le  Roumian ? ) reconduit à la  frontière.

Les rois mages vont réveillonner sur l’Île Maurice dans leur résidence défiscalisée.

(1)Sous les prédécesseurs de l'actuel locataire de l'Élysée, l'âne et le bœuf auraient été placés à la SPA, mais rigueur budgétaire oblige et non remplacement d'un partant sur deux dans les services publiques, les pauvres bêtes n'ont pas été épargnées ! :-))

 


Croque-Fruits, la coopérative marseillaise qui aidait les juifs et résistants


A Avignon, Monsieur Coin-Coin repose en paix


Mulot s’est retrouvé un beau jour au pouvoir
En bien manipulant les animaux stupides,
Et beaucoup s’étaient dit, tout seuls dans l’isoloir,
« Essayons celui là qui n’a pas l’air cupide ».
Il avait intrigué des années en coulisse
A tord et à travers trahissant ses rivaux
Sachant à tout moment donner l’image lisse
D’un animal affable qui sait faire gros dos.
Une fois au pouvoir, le rongeur excité
Réunit ses amis, certains sentant le rance,
Dans un lieu très branché, pas du tout en secret
Et en marge du peuple firent grande bombance.
La suite révéla les tréfonds du rongeur
Qui une fois élu, parvenu à ses fins,
S’entoura d’une bande de vrais liquidateurs
Qui en un tour de mains aux acquis mirent fin.
Il promet l’impossible, et ce, en pleine crise
Faisant croire au monde que c’est lui le sauveur
Des paradis fiscaux il veut casser l’emprise
Et mettre au pilori tous les spéculateurs.
Tout cela n’est qu’esbroufe et manipulation.
Le temps jouant pour lui, il égare, dissimule
Dévie l’information en faisant diversion
Compte une fois encore sur le peuple crédule.
De parole facile, de l’acte il est avare
Surtout pour inquiéter ses amis, les puissants.
Qui avec son accord du public s’accaparent
Ne concevant le monde qu’en le marchandisant.
D’un culot insolant, niant les évidences
Il a avis sur tout, même si, ignorant,
Faisant croire qu’il est un vrai puits de science
Il joue devant sa Cour le rôle du savant.
Tous les acquis sociaux sont dans la moulinette
Les uns après les autres placés sous le hachoir
Malaxés, écrasés et réduits en miettes
Il ne reste plus rien, l’avenir devient noir.
Devant tant de dégâts, les autres animaux
Se mettent à râler, appellent à la grève
N’admettent pas qu’ici il y ait tant de maux
Alors qu’il avait dit que ce serait le rêve.
Il est devenu sourd aux manifestations
Sa légitimité est pour lui la cuirasse
Qui le pare des coups de la protestation
Et commence à penser que le peuple l’agace.
Véritable obsédé de tout ce qui est sondage
Il ne voit que le chiffre, l’humeur de l’opinion
Nous rebat les oreilles de ces mauvais présages
De ceux qui comme lui sont de l’immigration.
Petit parmi les grands, monté sur talonnettes,
Il trône dans le monde et dans tous les médias,
Utilisant au mieux, le charme de starlette,
De sa grue condamnée à avoir les pieds plats.
Il vit comme un nabab au crochet du bon peuple,
Engrange une fortune, rêve dolce vita,
Espère au prochain tour, demeurer dans ses meubles
Et sûr que pour cela rien de l’arrêtera.
 

Il est décédé dimanche après-midi, ( 04.12.2011), des suites d'une maladie, à l'âge de 90 ans.
Marcel Bodredo, ancien joueur du Rugby Club Toulonnais dans les années 40 poussa un jour son terrible « cri de guerre » qui deviendra l’hymne des supporters Toulonnais. Le « Haka de la Rade » comme message de bienvenue aux adversaires du jour, accompagne l’entrée des joueurs Toulonnais sur un Stade Mayol toujours prêt à s’enflammer.

 

Les paroles du Pilou-Pilou

Ah ! Nous les terribles guerriers du Pilou-Pilou
Pilou-Pilou !
Qui descendons de la Montagne vers la Mer
Pilou-Pilou !
Avec nos femmes échevelées allaitant nos enfants
A l'ombre des grands cocotiers blancs
Pilou-Pilou !
 

Nous les terribles guerriers poussons notre terrible cri de guerre
AAAARRRGGGGHHHHH !
J'ai dit "NOTRE TERRIBLE CRI DE GUERRE" !
AAAARRRGGGGHHHHH !
Parce que TOULON
ROUGE !
Parce que TOULON
NOIR !
Parce que TOULON
ROUGE ET NOIR !


J'veux du F...

Notre ami le dessinateur Olive  - Blog se demande si le France va garder son Triple A.

Moi je m'en fous tant que je  garde le F, celui de Ferrat et de Ma France

          


Un patron * augmente ses employés après s'être glissé dans la peau d'un ouvrier.

Il a tenu vingt jours. Puis il est resté sans le sou. Enzo Rossi a alors décidé d'augmenter d'un coup tous ses employés de 200 euros mensuels. Basé à Campofilone, dans la région des Marches, ce petit industriel italien de la pâte est désormais regardé avec intérêt par certains de ses collègues, avec beaucoup de méfiance par d'autres. En août, l'entrepreneur à la tête d'une société d'une vingtaine de personnes, a en effet eu l'idée saugrenue de se mettre dans la peau de ses salariés. Plus exactement, de vivre dans les mêmes conditions financières qu'eux.

«Sans réserve». «C'est simple, je me suis octroyé 1 000 euros de salaire et 1 000 euros à ma femme qui travaille avec moi, explique E. Rossi. 2 000 euros pour une famille de quatre personnes, beaucoup de gens vivent avec moins que cela.» Reste que l'expérience a tourné court. «Nous avons fait les comptes ; ce que nous devions mettre de côté pour rembourser l'emprunt, l'assurance voiture, les factures. Avec le reste nous devions affronter les dépenses quotidiennes», détaille-t-il. «Nous avons fait attention à tout, mais au bout de vingt jours, plus rien.» Le dernier matin, E. Rossi entre dans le bar du village avec son ultime billet de vingt euros en poche : «J'ai eu l'impression d'être sous l'eau, à vingt mètres de profondeur, sans réserve dans la bombonne d'oxygène.»

Il remonte finalement à la surface en puisant de l'argent sur son compte, mais surtout en augmentant ses salariés. «Selon les statistiques, le coût de la vie s'est alourdi de 150 euros par mois. Pour des gens comme moi, ce n'est rien. Pour les ouvriers, cela représente près de 2 000 euros par an», admet E. Rossi qui ne se dit «pas de gauche, et encore moins marxiste».

Il explique simplement avoir voulu faire cette expérience pour appréhender la situation réelle de ses collaborateurs et montrer à ses filles «qui n'ont jamais connu de privations» comment vivent la plupart de leurs amies. «Il faut concilier éthique et profit», lance-t-il en évoquant son père et son grand-père qui inspiraient le respect de leurs employés. «Les ouvriers doivent être sereins pour être efficaces. S'ils ne savent pas comment boucler leurs fins de mois, ils ne seront pas psychologiquement tranquilles, ce qui n'est pas bon pour la productivité.» Foin des manuels d'économie et des théories sur la redistribution de la valeur ajoutée, il dit simplement : «Les profits que je tire de la transformation de la farine et des oeufs doivent bénéficier aussi aux paysans qui me fournissent la matière première ainsi qu'aux travailleurs de l'usine.»

Mauvais exemple. L'initiative a provoqué des remous. Plusieurs entrepreneurs ont contacté E. Rossi pour avoir des informations sur l'aspect fiscal de l'augmentation. Le ministre du Travail, Cesare Daminao, a lui aussi téléphoné à Campofilone pour un rendez-vous. D'autres industriels ont, en revanche, peu apprécié ce qu'ils considèrent comme un mauvais exemple. «Ils attendent que l'attention médiatique retombe pour émettre des commentaires publics, avance Rossi, mais ils me traitent de fou.»

 

Tremblez pas au Medef ! Ça se passe pas en France ....mais en Italie !

*   Source Libération du 26 déc.2012  le 26/12/11


HAUT DE PAGE

 ou RETOUR-PAGE ACCUEIL -RETOUR